Ad Astra
Forum dédié à l'étude des sciences occultes
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

ARTICHAUT
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Ad Astra Index du Forum  .::. DANS LE TEMPLE  .::. HERBORISTERIE

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Arbus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 637
馬 Cheval

Message Posté le : Dim 27 Jan - 20:48 (2013)    Sujet du message : ARTICHAUT Répondre en citant

ARTICHAUT
 
Asteraceae








 
Nom latin : Cynara scolymus L

Famille :Asteraceae


Généralités :

Autre appellation :
Bérigoule
 

Botanique et géographie:

Origine :

Espèce sauvage (Cynara Cardonculus) originaire d'Afrique orientale (Ethiopie)
Introduite dans le bassin méditerranéen et améliorée pour la culture (Cynara scolymus)

Description botanique :

- Plante herbacée vivace par sa racine

- 1ère année :

Rosette de très grandes feuilles (1 m x 0,5) profondément découpées (pennatiséquées) en lobes terminés en pointe,
face inférieure blanchâtre, tomenteuses à nervures saillantes

- 2éme année :

Au centre de la rosette de feuilles une tige cannelée (1 m 50), ramifiée au sommet, portant de nombreux capitules
(partie comestible) qui, à maturité, s'épanouissent en donnant de nombreuses fleurs violettes, donnant des fruits (akènes)
surmontés d'une aigrette blanche et soyeuse

Récolte :

Récoltées de préférence la première année ou à la fin de la floraison
Séchage rapide et dans de bonnes conditions pour que les feuilles restent vert clair à la face supérieure
et blanchâtre à la face inférieure.

Parties utilisées:


Feuilles sèches

Feuilles réduites en petits fragments ayant l'aspect d'une masse légère contonneuse gris-verdâtre, saveur très amère.
Nervures saillantes à la face inferieure.
Vive fluorescence bleue en lumière ultra violette

Constituants

 Acides organiques :

- Acides phénols = (fluorescence bleue de la drogue en lumière UV à 365 nm): Acide caféique estérifiant l'acide quinique
( Ac. chlorogénique, néochlorogénique, cryptochlorogénique,
O-dicafeyl1-3 quinique et O-dicaféyl-3,5 quinique Cynarine (principe actif majeur)
- Flavonoïdes : (responsables par oxydation du brunissement), dérivés de la lutéoline : cynarosides, scolymosides
- Acides alcools : ac. Citrique, ac. glycérique, ac. lactique, ac. glycolique, ac. malique,
ac. a hydroxyméthylacrylique et son ester (avec l'hydroxylactone sesquiterpénique du groupe des guaianolides la Cynaropicrine
à saveur trés amère, ac. succinique

Antioxydants:

L’artichaut a un fort pouvoir antioxydant; les antioxydants sont des composés qui réduisent les dommages causés par les radicaux
libres dans le corps.
Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans l’apparition des maladies cardiovasculaires, de certains
cancers et d’autres maladies liées au vieillissement.
Jusqu’à maintenant, la recherche a beaucoup porté sur les effets des antioxydants provenant d’extraits médicinaux de feuilles d’artichaut,
et moins sur l’artichaut consommé comme légume.
Toutefois, une grande variété d’antioxydants ont été retrouvés dans ses parties comestibles, tels que certains composés phénoliques
(acide chlorogénique, narirutine, apigénine--rutinoside, cynarine) et des anthocyanines (cyanidine, peonidine, delphinidine).
La silymarine, un autre antioxydant de l’artichaut, est considérée comme un composé pouvant potentiellement contribuer à la prévention
et peut-être même au traitement du cancer.
Une étude chez l’animal a aussi démontré que l’ingestion d’une purée homogène d’artichaut permettait d’inhiber la toxicité d’un composé chimique causant des dommages génétiques.
Cet effet pourrait être attribué à l’ensemble du contenu antioxydant de l’artichaut
.
Inuline:

 
L’artichaut renferme de l’inuline, un glucide qualifié de prébiotique, c’est-à-dire qu’il n’est pas digéré ni absorbé par l’intestin grêle,
mais est fermenté par la flore bactérienne du côlon.
Les bactéries bénéfiques de l’intestin peuvent ainsi utiliser l’inuline pour se développer, ce qui peut les aider à jouer efficacement leur rôle favorable sur le plan de la santé intestinale,
du système immunitaire et d’une aide à la synthèse ou l’absorption de plusieurs nutriments.
Par ailleurs, d’autres études tendent à démontrer un effet bénéfique de l’inuline sur le contrôle de la glycémie et des lipides sanguins,
quoique ces deux aspects ne soient pas encore
clairement établis. Enfin, des études chez l’animal avancent que l’inuline pourrait avoir un effet protecteur contre le cancer, notamment
de l’intestin et du sein.

Fibres alimentaires:

L’artichaut est une source élevée de fibres, avec 4,7 g pour un artichaut de taille moyenne.
Les fibres alimentaires, qui se retrouvent seulement dans les produits végétaux, regroupent un ensemble de substances qui ne sont pas digérées par l’organisme.
Une alimentation riche en fibres variées est associée à un plus faible risque de cancer du côlon et peut aider à contrôler l’appétit en
apportant plus rapidement un sentiment de satiété.
Il existe deux types de fibres (solubles et insolubles) qui ont aussi leurs propres effets bénéfiques dans l’organisme.
L’artichaut contient les deux types de fibres : un coeur d’artichaut renferme 18 % de fibres insolubles et 27 % de fibres solubles.
Tandis qu’on attribue aux fibres insolubles la capacité de prévenir la constipation, les fibres solubles peuvent contribuer à la prévention
des maladies cardiovasculaires et au contrôle du diabète de type 210.
Il est recommandé de consommer 25 g de fibres par jour pour les femmes de 19 ans à 50 ans, et 38 g par jour pour les hommes
du même groupe d'âge .

Cuivre:

L’artichaut est une excellente source de cuivre.
En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant
à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme.
Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.

Magnésium:

L’artichaut est une bonne source de magnésium.
Le magnésium participe au développement osseux, à la construction des protéines, aux actions enzymatiques, à la contraction musculaire,
à la santé dentaire et au fonctionnement du système
immunitaire. Il joue aussi un rôle dans le métabolisme de l’énergie et dans la transmission de l’influx nerveux.

Fer:

L’artichaut est une bonne source de fer pour l’homme et une source pour la femme, leurs besoins étant différents.
Chaque cellule du corps contient du fer.
Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang.
Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux).

Manganèse:

L’artichaut est une bonne source de manganèse pour la femme et une source pour l’homme, leurs besoins étant différents.
Le manganèse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de différents processus métaboliques.
Il participe également à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

Folate:

L’artichaut est une bonne source de folate.
Le folate (vitamine B9) participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges.
Cette vitamine joue un rôle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du système
nerveux et du système immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies.
Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes
de croissance et pour le développement du foetus.

Vitamine K:

L’artichaut est une bonne source de vitamine K
pour la femme et une source pour l’homme, leurs besoins étant différents.
La vitamine K est nécessaire pour la synthèse (fabrication) de protéines qui collaborent à la coagulation du sang (autant à la stimulation
qu’à l’inhibition de la coagulation sanguine).
Elle joue aussi un rôle dans la formation des os.
En plus de se trouver dans l’alimentation, la vitamine K est fabriquée par les bactéries présentes dans l’intestin, d’où la rareté des
carences en cette vitamine.

Calcium:

L’artichaut est une source de calcium.
Le calcium est de loin le minéral le plus abondant dans le corps.
Il est majoritairement entreposé dans les os, dont il fait partie intégrante. Il contribue à la formation des os et des dents, ainsi qu’au
maintien de leur santé.
Le calcium joue aussi un rôle essentiel dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles
(dont le coeur).

Phosphore:

L’artichaut est une source de phosphore (voir notre fiche Palmarès des nutriments Phosphore).
Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium.
Il joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents.
De plus, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus et aide à maintenir à la normale le pH du sang.
Finalement, le phosphore est l’un des constituants des membranes cellulaires.

Potassium:

L’artichaut est une source de potassium.
Dans l’organisme, il sert à équilibrer le pH du sang et à stimuler la production d’acide chlorhydrique par l’estomac, favorisant ainsi la digestion.
De plus, il facilite la contraction des muscles, incluant le coeur, et participe à la transmission de l’influx nerveux.

Zinc:

L’artichaut est une source de zinc.
Le zinc participe notamment aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation
des plaies et au développement du foetus.
Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes.
Dans le pancréas, il participe à la synthèse (fabrication), à la mise en réserve et à la libération de l’insuline.

 Vitamine B1:

 
L’artichaut est une source de vitamine B1.
Appelée aussi thiamine, cette vitamine fait partie d'un coenzyme nécessaire à la production d'énergie principalement à partir des glucides
que nous ingérons.
Elle participe aussi à la transmission de l'influx nerveux et favorise une croissance normale.

Vitamine B2:

L’artichaut est une source de vitamine B2.
Cette vitamine est aussi connue sous le nom de riboflavine.
Tout comme la vitamine B1, elle joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules.
De plus, elle contribue à la croissance et à la réparation des tissus, à la production d’hormones et à la formation des globules rouges.

Vitamine B3:


L’artichaut est une source de vitamine B3.
Aussi appelée niacine, la vitamine B3 participe à de nombreuses réactions métaboliques et contribue particulièrement à la production d'énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines
et de l'alcool que nous ingérons.
Elle collabore aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un développement normaux.

Acide pantothénique:

L’artichaut est une source d’acide pantothénique.
Aussi appelée vitamine B5, l’acide pantothénique fait partie d’un coenzyme clé nous permettant d’utiliser de façon adéquate l’énergie
présente dans les aliments que nous consommons.
Il participe aussi à plusieurs étapes de la synthèse (fabrication) des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs (messagers dans
l’influx nerveux) et de l’hémoglobine.

Vitamine B6:


L’artichaut est une source de vitamine B6.
Cette vitamine, aussi appelée pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras
ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs
(messagers dans l’influx nerveux).
Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène.
La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire.
Cette vitamine joue enfin un rôle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et dans la modulation de
récepteurs hormonaux.

 Vitamine C:

L’artichaut est une source de vitamine C.
Le rôle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delà de ses propriétés antioxydantes; elle contribue aussi à la santé des os,
des cartilages, des dents et des gencives.
De plus, elle protège contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les végétaux et accélère la cicatrisation.


Que vaut une « portion » d’artichaut?

Poids/volume
   

Bouilli, égoutté, un artichaut moyen, 120 g

Calories       Protéines    Glucides    Lipides        Fibres alimentaires


60           4,2 g        13,4 g        0,2 g            4,7 g


Source : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, version 2005.



Propriétés

 Découle de la synergie de plusieurs constituants chimiques
- Cholérétique, Cholagogue, Amphocholérétique(cynarine et ac.caféique)
- Laxatif - Diurétique
 - Stimulant de l'appétit (amertume)
 - Réduction du temps de narcose induite par le pentobarbital (chez le rat)
- Effet préventif de l'athériosclérose
- Abaissement du taux de cholestérol plasmatique
- Stimule l'action antitoxique du foie
- Stimulant oestrogénique (l’acide 1,5-dicaféyl-quinique augmente le débit biliaire et protège l’hépatocyte du tétrachlorure de Carbone)

N.B. effet synergique des acides phénols dans l'action diurétique et sur le foie

Applications:

- Dans les affections hépato-biliaires Infusé :
50 g de feuilles fraîches/litres, Infusion de 15 min, 1 litre/jour
N.B. : l'amertume en limite l'utilisation nébulisat :
100mg/ gélule, 1 gélulule, 3 fois/jour
Extrait total : 1 à 3 g/jour par voie orale
Suc frais : sert après purification à la préparation de divers extraits

Médecine vétérinaire moderne :

- affections hépatiques et hépatorénales
- associé à des acides aminés pour les acétoses du bovin, la fièvre vitulaire, l'oedème de lactation, la toxémie de gestation de la brebis
Médecine vétérinaire homéopathique : draineur hépato-biliaire

Risques:

- Modification de la perception des saveurs
- Effet dermosensibilisant du suc frais

Anecdotes:

L'artichaut fait partie de nos plantes médicinales occidentales La partie utilisée en thérapeutique est la feuille de saveur amère et non pas la bractée comestible que nous mangeons habituellement Originaire des régions Méditerranéennes, l'artichaut fut introduit en France à la faveur des guerres d'Italie

Souvent apprécié en cuisine pour le goût raffiné de son « coeur », l’artichaut est aussi un légume gorgé de substances nutritives.
Consommé chaud ou en salade, il peut combler autant les attentes des fins gourmets que celles des personnes soucieuses de leur santé.

L’artichaut de Jérusalem n’est pas un artichaut!

Un peu d’histoire :

Le terme « artichaut » est apparu dans la langue française en 1530; il viendrait du lombard articiocco, déformation de l’italien carciofo, qui l’aurait emprunté à l’arabe al-harsufa.

L’artichaut est une plante potagère dont on consomme le bourgeon floral (ou capitule). Il appartient à la grande famille des astéracées (
ou composées) qui comprend une multitude d’espèces, dont plusieurs sont utilisées comme aliments ou comme
 plantes médicinales : pissenlit, laitue, chicorée, bardane, centaurée, salsifis, scorsonère, tanaisie, armoise,
chardon-Marie, achillée, camomille, arnica, etc.

Originaire du bassin méditerranéen, l’espèce C. cardunculus aurait été amenée en Égypte il y a 2 000 ans ou 2 500 ans, pour se
diffuser ensuite vers l’Ouest. L’artichaut forme, à l’intérieur de cette espèce, un sous-groupe qui est inconnu à l’état sauvage, tandis
que son ancêtre, le cardon des champs, pousse spontanément dans tout le bassin méditerranéen de même qu’en divers endroits
du globe, où il s’est naturalisé. Le nom latin de cette espèce rappelle sa parenté avec le chardon, dont on a d’ailleurs longtemps
consommé les feuilles et les fleurs. Les Grecs et les Romains, notamment, attribuaient aux chardons de nombreuses propriétés
médicinales et les tenaient en très haute estime, n’hésitant pas à payer de fortes sommes pour se les procurer.

Le Festival de l’artichaut

En 1949, Marylin Monroe devenait la première reine officielle de l’« Artichaut de Californie ».
Cet événement eut lieu dans la ville de Castroville, qui venait de se proclamer unilatéralement « capitale mondiale de l’artichaut ».
Depuis, chaque année en mai, la ville célèbre son Festival de l’artichaut.

L’artichaut comme tel ne sera mentionné pour la première fois qu’en 1400 à Naples, où on l’a possiblement sélectionné.
Depuis l’Italie, il sera introduit en France en 1533 par Catherine de Médicis.
Populaire dans ce pays de même qu’en Espagne et dans leurs colonies respectives, il ne suscitera guère d’intérêt chez les Anglais ni,
par la suite, chez les Américains.
Encore aujourd’hui, les seuls États où sa culture a de l’importance sont la Louisiane, fondée par les Français, et la Californie,
fondée par les Espagnols.
Ce sont probablement les Italiens qui l’ont introduit en Amérique au début du XIXe siècle.

Depuis le XVIe siècle, on connaît deux types d’artichaut, qui sont classés selon la forme conique ou ronde de leur bouton floral,
et qui ont donné naissance à de nombreux sous-groupes, connus en Europe sous divers noms régionaux : gros camus de Bretagne,
gros vert de Laon (dit aussi « tête de chat »), vert de Provence, épineux ou sarda, macau, blanc hyérois, violet de Provence,
de Venise ou de Toscane, poivrade...


Amitiés
Arbus

_________________
Ora et Labora



Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Dim 27 Jan - 20:48 (2013)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Ad Astra Index du Forum .::. HERBORISTERIE
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.