Ad Astra
Forum dédié à l'étude des sciences occultes
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Nicolas Flamel :LE SOMMAIRE PHILOSOPHIQUE Partie 1 b
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Ad Astra Index du Forum  .::. DANS LE TEMPLE  .::. ALCHIMIE

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Arbus
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 13 Avr 2010
Messages: 637
馬 Cheval

Message Posté le : Jeu 26 Avr - 21:17 (2012)    Sujet du message : Nicolas Flamel :LE SOMMAIRE PHILOSOPHIQUE Partie 1 b Répondre en citant

NICOLAS FLAMEL
 


 

LE SOMMAIRE PHILOSOPHIQUE Partie 1 b
 

105         Quant est poussé dessus le feu :
        Encor cest exemple instruit peu.
        Mais faictes comme font gens saiges
        Pour veoir aultres bariolaiges
        Au fray des dragons et serpens
110         En hayneuses amours grouppans :
        Je dy ceulx de Mythologie
        Qu’estoit I’ancienne clergie,
        Com se veoit en Jason, Cadmus,
        Hercule, AEsacque, Acheloüs,
115         Puis aux deux monstres de Persee,
        Ou mieux iceulx du caducee
        Qui tant plus se sont assaillis,
        Et tant plus d’ire sont remplis
        Pour faire raige en leur blessure.
120         Appensez ore à ce mercure,
        Quand il est sur le feu commun,
        C’est à dire en des lieux aucun,
        En un vaisseau mis et posé,
        Et le feu commun disposé,
125         Pour luy allumer promptement
        Son feu de nature asprement
        Qu’au profond de lui est caché :
        Alors, si estes embusché,
        Voirez quelle chose effroyable
130         Faict feu commun, dict vegetable ;
        Cil enflambera par ardure
        Au mercure feu de Nature,
        Tournant en rude inimitié
        Ce qu’estoit de douce amitié ;
135         Jus endesvee est la concorde,
        Sus despit issit la discorde ;
        Elemens sont en grant esmoy :
        Dans cest estrange desarroy,
        Nature, n’y pouvant que faire,
140         Leur laisse desmesler l’affaire.
        Eau se bat contre feu ; contre eau
        Feu brandit et fouldre et carreau :
        Ung feu plus fort à l’opposite
        Les perce, chasse, irrite, agite :
145         Car lors, si estes vigilant,
        Verrez par l’air jectant, courant,
        Une exhalaison venimeuse,
        Mal odorante et maligneuse,
        Trop pire, enflambee en poyson,
150         Que n’est la teste d’un dragon
        Sortant à coup de Babylone
        Pour fiancer à Tysiphone.
        Autres philosophes sçavant
        Ont voulu chercher tant avant
155         Ung type à ce mercure double.
        Pour n’estre à deviner trop trouble,
        Qu’ilz l’ont figuré soubs la forme
        D’un lyon volant, sans difforme ;
        Et l’ont aussi nommé lyon
160         Pour ce qu’en goulu gavion
        Le lyon devore les bestes,
        Tant plus sont jeunes et propretes,
        En les mangeant à son plaisir,
        Quand d’elles il se peut saisir ;
165         Aulcunes pourtant ont puissance
        Contre luy se mectre en deffense,
        Et resister de grande force
        A sa fureur, quand il les force.
        Ainsi, vrai, ce mercure faict ;
170         Pour mieulx entendre son effect,
        Quelque metal que vous mettez
        Avec lui (cet estrif notez),
        Soudain il le difformera,
        Devorera et mangera ;
175         Le lyon faict en telle guise :
        Encor faut que je vous advise,
        Quelque soit sa voracité
        Et son aspre famelité,
        Qu’il y a deux metaux de priz
180         Sur luy qui remportent le priz
        De totale perfection :
        L’or, je dy l’ung, sans fiction,
        L’autre argent, ce ne nie aulcun ;
        Tant est-il notoire à chascun
185         Que si mercure entre en fureur,
        S’ha son feu allumé d’ardeur,
        Il devorera comme un metz
        Ces deux nobles metaulx parfaictz,
        Et tost les mettra dans son ventre ;
190        Nonobstant ce, lequel qu’y entre,
        Il ne le consumera point ;
        Car pour bien entendre ce poinct,
        Ils sont plus que luy endurciz,
        Par digestion estroiciz,
195         A meurté pleine ou quasi pleine
        Ont creu, si qu’y default la graine ;
        Sont de beaulté vray raccourci,
        Et parfaicts en nature aussi ;
        Ce qu’onc ne se dict de mercure,
200         Où Nature a manqué de cure :
        Mercure est metal imparfaict ;
        Non pourtant qu’en luy il n’y ayt
        Substance de perfection,
        Ains ha d’elle direction
205         Si que sa vertu est massee
        Et leans sa poincte esmoussee,
        Faulte de respiration.
        Pour franche declaration,
        L’or commun si vient du mercure,
210         L’or metal parfaict, sans arsure.
        De l’argent je dy tout ainsi,
        Sans alleguer ne cas ne si.
        De mesme les aultres metaulx
        Imparfaictz, moyens, bas et haults.

La suite à venir ...

Amitiés

Arbus


_________________
Ora et Labora



Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 26 Avr - 21:17 (2012)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Ad Astra Index du Forum .::. ALCHIMIE
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.